6 bonnes raisons d’essayer le jeûne intermittent

On en a tous entendu parler, que ce soit à la télé, auprès de nos amis, sur les réseaux etc. Mais est-ce qu’on sait réellement comment ça marche ? C’est ce qu’on va voir tout de suite.

Le jeûne intermittent, c’est tout simplement un type de jeûne où on arrête de manger pendant 16 heures. Ce qui signifie que tous les repas d’une journée doivent être pris durant une période de 8 heures. « C’est tout ? », dirais-t-on. Eh bien, oui, outre sa simplicité surprenante, nous avons ses biens faits qui le sont encore plus. Je vais donc vous expliquer comment ce jeûne intermittent fonctionne et vous donner 6 bonnes raisons de vous y mettre dès demain !

  • Aucunes contraintes

Sans pour autant être l’objectif principal, le jeûne intermittent permet, oui, de perdre du poids. S’il est toutefois couplé à une alimentation correcte. En effet, en supprimant un repas vous allez réduire votre compteur calorique et donc perdre du poids, si celui-ci se retrouve inférieur à votre métabolisme basal1. En plus de cela, à partir de la 16e heure de jeûne, notre métabolisme va lancer un processus que l’on nomme : la lipolyse. Ce processus consiste pour notre corps, n’ayant plus accès à une source de glycogène (sucre), à utiliser la masse graisseuse dans nos réserves de graisses, dîtes adipocyte, comme source d’énergie. Le jeûne intermittent permet donc de perdre à la fois du poids et de la graisse particulièrement.

Aussi, d’un point de vue psychologique, le jeûne intermittent a un avantage, il n’engage aucune contrainte sur votre alimentation puisque ce n’est pas un régime. Aucune frustration ni obligation de compter ses calories par exemple.

Attention, si toutefois votre objectif principal est la perte de poids, il vaut mieux changer son alimentation également.

  • Stabilisation des sensations

De nos jours, dans notre société, nous mangeons clairement plus qu’il n’en faut. Il n’y a qu’à voir le taux de personnes considérées comme obèses en France. Depuis un quart de siècle, c’est une courbe en progression constante : de 1997 à 2020, la proportion de personnes en situation d’obésité en France a doublé, passant de 8,5 % à 17 % selon La Ligue contre l’obésité. Au total, 8 567 128 personnes étaient obèses en France en 2020 : cela signifie que leur Indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 30.

Cette suralimentation dérègle notre corps à tous les niveaux et particulièrement au niveau hormonal. Le corps ne ressent que très rarement la sensation de satiété, et ce, à cause de ces dérèglements ainsi que de notre surconsommation de sucre qui nous pousse à vouloir en ingurgiter toujours plus. Une étude réalisée par des chercheurs américains a montré que le jeûne intermittent, quand les repas sont pris à des heures fixes, permet une stabilisation des hormones responsables de la satiété et de la faim, à savoir la leptine et la ghréline. De ce fait, vous serez également moins susceptible de grignoter entre les repas.

  • Métabolisme level up

Notre corps produit 20 millions e de nouvelles cellules chaque seconde pour remplacer nos cellules usées ou mortes, indique le Dr Saldmann (médecin cardiologue, nutritionniste et chef d’entreprise français). Avec l’âge, ce processus devient défaillant, ce qui explique notamment que le risque de développer un cancer est plus grand une fois que l’on a atteint un certain âge. On s’aperçoit qu’en pratiquant le jeûne intermittent, on laisse au corps le temps de se réparer et lutter contre son obsolescence programmée, on lui permet donc de vieillir moins vite. Aussi, le jeûne intermittent produit un effet détox en activant l’autophagie, qui se définit comme un processus naturel de nettoyage de l’organisme par les globules blancs. En gros, votre corps va se nourrir de ses cellules mortes pour s’alimenter. Pour finir, en luttant contre l’inflammation de l’organisme (provoquée par la digestion), on booste ses défenses immunitaires, et on reste ainsi en meilleure santé plus longtemps.

  • Gain d’énergie

À condition d’avoir, une bonne alimentation, le jeûne intermittent n’entraîne aucune fatigue, bien au contraire, il va lutter contre les pics d’hypoglycémies réduisant ainsi la fréquence de ces moments où on se sent complètement à plat à cause de forte consommation de sucre. En effet, l’hypoglycémie est dite réactionnelle : plus vous mangez et buvez sucré, plus le pancréas doit produire de l’insuline pour débarrasser le sang de l’excès de sucre… Et plus, en réaction, le taux de sucre sanguin s’abaisse brutalement 1 à 2 heures après le repas ou le grignotage ce qui aura pour conséquence de vous vider de votre énergie et vous fera vous sentir épuisé. Le jeûne intermittent permet donc de retrouver une sensibilité à l’insuline et un contrôle de la glycémie optimale. Il est également bénéfique pour la santé cardio-vasculaire. En réduisant l’inflammation et la résistance à l’insuline, il améliore le fonctionnement des cellules endothéliales qui tapissent les vaisseaux sanguins, réduisant ainsi la pression artérielle et l’hypertension.

  • Bouclier contre le diabète de type 2

En France, en 2019, près de 4 millions de personnes étaient identifiés comme diabétique. Le diabète de type 2 tue chaque année en France 34 000 personnes. Celui-ci peut être contracté à cause d’une mauvaise alimentation, du surpoids ou bien un manque d’activité physique. En plus de la baisse calorique, jeûner permet de diminuer l’utilisation du pancréas, donc de faire diminuer la sécrétion d’insuline, hormone à l’origine du diabète, ce qui diminue les facteurs de risques de contracter le diabète gras de type 2.

  • Performances

Pendant les phases de jeûne, les corps cétoniques (substances produites lors de la dégradation des graisses dans l’organisme) produisent des molécules qui vont aider le cerveau, le cœur, les muscles ainsi que les tissus à être plus performants et à mieux se régénérer. On est également plus sensibles à l’insuline, vous en secréterez peu pour digérer les aliments, facilitant ainsi la perte de poids et la prise de muscle.

L’effort durant l’entraînement élève la sensibilité à l’insuline, par conséquent, pendant le repas suivant, les nutriments iront vers les muscles pour faciliter la récupération, ils ne seront pas stockés dans les graisses et vous gagnerez en énergie. De plus, durant les périodes de jeûne, lorsque vous pratiquez une activité physique, votre corps va produire deux neurotransmetteurs2l’adrénaline et la noradrénaline. Ceux-ci, étant produits à la base pour vous donner l’énergie d’aller chercher de la nourriture pour votre corps, vous serviront pour d’autres tâches.

1 Le métabolisme basal correspond aux besoins énergétiques « incompressibles » de l’organisme, c’est-à-dire la dépense d’énergie minimum quotidienne permettant à l’organisme de survivre.
2 Neurotransmetteurs désigne une substance qui assure la transmission de l’influx nerveux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s